Avesnes-sur-Helpe

Vue aérienne d’Avesnes-sur-Helpe
Miniature d’Avesnes-sur-Helpe. Album de Croÿ

La ville d’Avesnes-sur-Helpe est une cité pittoresque accrochée au flanc d’une falaise rocheuse. Ses seigneurs furent illustres. Le premier, Wédric le Barbu, la fonda au IX e siècle et la ville se construisit autour de son château seigneurial. En 1080, son fils Thierry d’Avesnes bâtit une autre tour.
Au XII e siècle, une agglomération unique était formée. Elle était entourée d’un mur d’enceinte qui réunissait les deux tours. Sur la place du marché fut fondée l’église saint Nicolas. Les seigneurs d’Avesnes étaient alors particulièrement puissants. En 1200 la ville reçut sa charte et la ville basse naquît autour de l’Helpe.

Au XV e siècle, Avesnes était une la ville du drap et connut la prospérité. Cependant elle dut subir de plein fouet le choc des guerres entre Louis XI et Charles le Téméraire puis de la guerre de succession de Bourgogne. En 1477, Alain d’Albret, pourtant seigneur d’Avesnes, fut obligé de prendre et de détruire la ville qui refusait de se rendre par fidélité envers Marie de Bourgogne.

La ville fut reconstruite grâce à Louise d’Albret . C’est à elle que l’on doit le chapitre de Chanoines et l’érection de l’église en collégiale en 1534, en style gothique tardif.

Les rois de France la convoitèrent longtemps pour en faire un bastion avancé sur la route de Paris. Mais elle passa sous la domination de l’Autriche, puis de l’Espagne avant de devenir française par le traité des Pyrénées en 1659.

Vauban la fortifia en agrandissant le bastion de la Reyne et en redessinant tous les ouvrages détachés.

Le XVIII e siècle fut une période de développement de la ville et la plupart des maisons datent de cette époque.

Le presbytère, où Napoléon Ier passa la nuit avant la bataille de Waterloo.

Ancienne maison du lieutenant de roi (XVIII e siècle) Napoléon y logea les 13 et 14 juin 1815. Le prince Impérial, fils de Napoléon III, logea dans le même immeuble.

 Napoléon y rédigea son dernier ordre du jour avant la bataille de Waterloo.

Au XIX e siècle la ville connut une réelle prospérité. Son marché au beurre était l’un des tous premiers de France.

En 1867, la ville fut déclassée en tant que place militaire. C’est aussi l’année de l’arrivée du chemin de fer et la population va ainsi doubler.

Le Prince Impérial logea à Avesnes à la veille de la bataille de Sedan.

Hindenbourg et le Kaiser à Avesnes

En 1918 la ville était le quartier général du Kaiser et du maréchal Hindenbourg.

Septembre 1944
La collégiale sans son clocher

le 2 septembre 1944 les allemands incendièrent le clocher de la collégiale lors de leur retraite.

Avesnes, sous préfecture est donc par son passé une seigneuriale et glorieuse cité.

Elévation de la Tour et de l’Eglise d’Avesnes-sur-Helpe 1840. Fonds Préfecture ADN 2 O 36 / 112
La collégiale à la « Belle Époque » .
La collégiale

Eifiée au XIII e siècle, remaniée au XV e siècle après sa destruction partielle par Louis XI, remaniée encore après un incendie survenu en 1514, elle a été achevée au XVI e siècle. Sa tour carrée et massive soutenue par des contreforts se terminant dans un encorbellement d’échauguette qui forme chéneau, s’élève à 60 mètres. Au sommet du dôme se dresse un campanile où logea le guetteur jusqu’en 1815.

Le carillon reconstitué en 1956 après l’incendie le jour même de la libération, le 2 septembre 1944 par un obus, est composé de 48 cloches. Il est l’un des plus beaux instruments de l’art campanaire du Nord.

Le Chœur
Les sièges des stalles
Tapisserie
Le Chœur

Le choeur, en briques et pierre est la partie la plus ancienne de l’édifice. Il est du XIII e siècle. Il est formé d’une abside polygonale à cinq pans, plus basse que la nef. Le pavement du choeur eut lieu en 1851 (ADN Série 4 V).

La Nef

Celle-ci a une gracieuse légèreté et une harmonie qui font du bâtiment un exemple unique en son genre de l’architecture religieuse du XVI e siècle.

La grande Chapelle de la Vierge
Triptyque : à gauche l’Annonciation, au centre l’Assomption et à droite la Visitation

Ce merveilleux triptyque