Moustier-en-Fagne

Vue aérienne de Moustier-en-Fagne

Moustier-en-Fagne est la patrie d’un des saints en honneur dans le Hainaut, Saint Dodon. Instruit par saint Ursmer et saint Landelin, Dodon se retira en 697 à l’abbaye de Lobbes, après avoir donné l’ensemble de ses biens au monastère de Wallers, récemment fondé avec le produit des donations faites par le roi Dagobert. Dodon devint peu de temps après abbé de Wallers.

Il faut savoir que le monastère de Wallers se trouvait à l’emplacement actuel du prieuré de Moustier. Dodon y mourut et ce fut l’origine du prieuré qui dépendit de l’abbaye de Lobbes et ce fut l’origine du village de Moustier.

Histoire complète sur le site de Moustier-en-fagne.net

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 542_001.jpg.
L’Eglise et le Prieuré de Moustier-en-Fagne
Fichier:Moustier-en-Fagne (Nord, Fr) église et monastère.jpg
Eglise et Prieuré de Moustier-en-Fagne
Photo extraite de la vidéo « Avesnois-Survol bocager » mise en ligne et réalisée par Philippe Houzé

L’Eglise

C’est la chapelle de l’ancien prieuré; elle date du XVI e siècle.

Niche au dessus du porche de l’église

On remarque la statue de saint Dodon, ainsi que de sainte Renelde sa sœur. Ici les pèlerins invoquent le saint auquel ils lui attribuent la vertu de guérir des maux de reins.

La châsse de saint Dodon

On y observe également l’autel de pierre bleue, la voûte de bois avec têtes de poutres sculptées, un triptyque du XVI e siècle et enfin la châsse contenant les reliques de saint Dodon (XVII e siècle). L’église a été restaurée, ainsi que le prieuré en 1700.

Le Prieuré

La chapelle byzantine et le prieuré

Il est situé tout près de l’église. Il est daté de 1777.

En 1724, il y demeurait 2 religieux, révocables à la volonté de l’abbé, et auxquels, par égard pour les fidèles, on avait continué d’accorder la faculté de confesser, du moins aux personnes âgées. La vie monastique se déroula modestement avec un très petit nombre de moines jusqu’à la Révolution et l’arrestation du dernier prieur Matthieu le Blond en 1793. Le prieuré servit alors de ferme et de maison d’habitation louées par les princes de Mérode jusqu’à son rachat par l’abbé Louis Hardy vers 1955. En 1962, le prieuré fut occupé par des moines venus de Mons mais pour de brèves années. Devant partir en Suisse, ils le cédèrent à des religieuses installées alors à Cambrai, des Bénédictines olivétaines, qui depuis se livrent à la fabrication d’icônes.

La chapelle byzantine

L’iconostase de la superbe chapelle byzantine est une cloison en bois revêtue d’icônes qui sépare habituellement la nef du sanctuaire Photo Chrisnord

La chapelle byzantine est adossée au pignon nord du Prieuré et paraissant dressée sur un ancien mur d’enceinte, elle relie l’église au prieuré.


L’ hôtellerie monastique est l’endroit où sont reçus les groupes de retraitants, avec une salle d’accueil, une petite cuisine, quelques chambres, un oratoire.


Deux porches de pierre bleue, dont l’un au nord (photo de gauche) est daté de 1711.

***

Maison espagnole
Maison espagnole

La cella « Notre-Dame des Prés » est une dépendance du monastère Notre-Dame de la Sainte Espérance. Cette petite communauté de deux moines vit en complémentarité avec le prieuré Saint-Dodon tenu par les sœurs Olivétaines de la Congrégation Vita et Pax.

Détail du linteau de la porte d’entrée


Notre Dame des Près (Maison espagnole, Manoir du XVIe siècle ) est datée sur la façade de 1560. La porte d’entrée est ornée d’une accolade surmontée de deux anges taillés dans la pierre bleue couronnant une Vierge et l’Enfant.
Le manoir comporte un pignon en façade à escaliers ou gradins qualifié d' » espagnol  » par référence à la période politique qui l’a vu naître.

Oratoire dédié à la Vierge (1745)
Oratoire dédié à la Vierge (1745)

Il a été déplacé dans le jardin du Prieuré il y a une quarantaine d’années. Son bâtisseur est Dom Abel Brassart (1678 1747) « prieur de Mousti en Faigne ». La niche qui se rétrécit vers le haut ne fait qu’un avec le couronnement.

Oratoire St Dodon (1852)
Oratoire St Dodon (1852)

St Dodon, après son séjour à Lobbes, vint en retraite à Moustier en Fagne. On y éleva après sa mort, survenue vers l’an 760, un prieuré. Il fut détruit par les normands et ce n’est qu’au XVIII siècle qu’il fut reconstruit. Cet oratoire de type monolithe est dédié à ce saint que l’on évoque pour guérir les maux de dos. « St Dodos Pz-Pr Nous 1852 ».

Chapelle dédiée à la Vierge rue du Bout la Haut
Chapelle Ste Hiltrude (1844)
Chapelle

Cette chapelle rue du Bout la Haut fut construite en 1844 par Désiré Canard. Il s’agit probablement de Louis Joseph Désiré marié en 1807 à Jeanne Corbeil.

La Mairie