Willies

Ce petit village doit peut-être son nom à la présence d’une villa gallo romaine sur son territoire. Le village a porté successivement les noms de Wilheis et Wilhies au VII e siècle, Villis au XII e siècle. L’orthographe actuelle est en usage depuis le milieu du XVII e siècle. Il fut construit dans une trouée d’essartage de la forêt d’Avesnes (Haie d’Avesnes), le long de l’Helpe majeure, en aval de Liessies. À l’Est de la commune, un secteur linéaire de prairies humides et de landes à bruyères conduisait le long de la rivière à une forge dite « Forge d’enfer ». La bruyère, la vallée et la forge ont été noyés au XX e siècle par la mise en eau du barrage du Val Joly.

Sur un plan historique, les seigneurs d’Avesnes y avaient la seigneurie directe. En 1626, le village était compris dans le marquisat de Trélon. En 1787, le duc d’Orléans y possédait un bois fort étendu et quelques autres biens. 
Avant la Révolution, Willies ressortissait à la prévôté de Maubeuge et suivait la coutume de Mons.
Pour le spirituel, il était autrefois partagé entre les paroisses de Liessies et d’Eppe-Sauvage. Il n’y a pas d’église et la paroisse dépend aujourd’hui de Liessies.

Vue sattelite de Willies

De nos jours, la commune bénéficie d’un riche contexte naturel. Elle est en effet bordée par des bois. Au nord-est, c’est la Garde de Willies qui faisait partie de la pairie d’Avesnes. Au sud, c’est la forêt de Liessies, sur la lisière de laquelle est situé le hameau de Champiau. Le village est traversé par la route qui mène au Val Joly, et dans le prolongement de cette route, se dresse la barrage de Willies.

La Mairie : un bâtiment de 1839
La mairie de Willies rénovée (2015)
L’école
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 800px-Willies_%28Nord%2C_Fr%29_monument_aux_morts.jpg.
Le Monument aux Morts 
Le Monument aux Morts
Le Monument aux Morts
Oratoire N.D de Grâce et St Antoine de Padoue (1728)
Oratoire N.D de Grâce et St Antoine de Padoue (1728)

Oratoire à l’entrée de la rue de la Fausse Terre. Il a été érigé en 1728 par P C Gouvion et J A Ravaux. Philippe Charles Gouvion né en 1673 à Liessies s’est marié le 3 mai 1711 à St Aubin avec Jeanne Agnès Ravaux née en 1690 à St Aubin. Ils sont décédés à Liessies respectivement en 1732 et 1764.                   Sur une plaque de cuivre aujourd’hui disparue figuraient les notations 1728 Notre Dame de Grâce St Antoine de Padoue et 1934 Ste Thérèse.

&&&&&

Oratoire Ste Vierge Marie (1874)
Oratoire Ste Vierge Marie (1874)

La boule qui reposait sur le couronnement pyramidal était cassée et a disparue, laissant place à une croix récente. « Ste Vierge Marie -mère de Dieu- priez pour nous- 1874 ».

&&&&&

Oratoire N.D de Champiau
Oratoire N.D de Champiau

Situé dans le hameau du Champiau cet oratoire se trouvait érigé au milieu des prairies non loin de son emplacement actuel. Il fut déplacé et restauré. Il est dédié à N.D de Walcourt mais lors de sa restauration il fut apposé une plaque de marbre sur laquelle on inscrivit une dédicace liée au lieu : N.D de Champiau.

&&&&&

Le barrage de Willies à ses débuts
Bocage, forêt et barrage sur l’Helpe Majeure, Val Joly.

Ce barrage E.D.F, en béton armé a une longueur de 315 mètres et s’appuie sur 48 contreforts d’une hauteur maxima de 18 mètres. Il a été construit entre novembre 1966 et avril 1968. Sa mise en eau a été autorisée le 27 mai de la même année et le remplissage s’est achevé en juillet 1969. Sa vidange est assurée par 2 vannes à jets creux de 1.30 mètre de diamètre, outre deux déversoirs, l’ensemble pouvant évacuer des crues atteignant 360 m3 à la seconde.
Créé en concomitance avec la construction du barrage, le lac du Val-Joly a une retenue d’eau de 4,5 millions de m3. Il est un des plus grands lacs de France. Ce réservoir de 180 ha comporte des embranchements au nord, à l’est et au sud-est en forêt de Trélon.
Des vues magnifiques s’ouvrent sur le site qui se trouve enchâssé entre les pentes boisés de la vallée de l’Helpe Majeure et de son affluent, le Voyon.

Friterie sur la D 133
Le barrage : vue de la Rue du Val-Joly
Le lac : photo prise à la limite de Willies et d’Eppe-Sauvage
Rue de Beaumont (au nord de la commune)
Rue de Beaumont, près du gitavesnois
Parc départemental de Liessies (Photo prise au sud de Willies par Riet Lacombe)