Cerfontaine

Vue aérienne de Cerfontaine
Autre vue

Les seigneurs de la famille de la Biche et de Maulde possédèrent ce village au Moyen Age.

En 1814, pendant le siège de Maubeuge, les Prussiens avaient leur quartier-général à Cerfontaine. En 1815, ils y revenaient pour piller le village1.

L’église de Cerfontaine vers 1950
L’église St Pierre

Elle date de 1780 et sa façade porte les traces de boulets de canon tirés en 1814 par les troupes de Maubeuge, assiégées par le Duc de Saxe-Cobourg. Son intérieur contient des dalles funéraires des seigneurs de Cerfontaine.

La ferme du Château avec une date 1576 et quelques ancres forgées.

Au XIV e siècle, Cerfontaine était la propriété des seigneurs qui en portaient le nom: Cerfontaine ou Sierrefontaine. Le château de Cerfontaine, dont il ne reste plus que la ferme, fut construit vers 1400.

En 1528, Nicolas de Boussois vendra le château par la suite à Jean de la Biche 1. Nicolas de la Biche fonde en 1614 un hospice pour pauvres, géré par le curé de la paroisse. Le domaine passera en dot au XVII°s. lors du mariage de Marie, unique héritière de Jean de la Biche, à Ernest I de Haynin du Cornet, et ensuite à leur fils, Ernest II de Haynin du Cornet (qui décède le 4/05/1706).L’aînée de ses cinq filles, Thérèse Aldegonde, née le 19/031699 passe par dot le château à son époux le 19/05/1714, Jean-Baptiste de Maulde, qui décédera le 29/04/1745. N’ayant à leur tour que trois filles, l’aînée l’apporte en dot lors de son mariage du 19/10/1745 à Joseph, Vicomte et Baron de Bergues-Saint-Winoc. Celui-ci décédant sans enfant, c’est Marie Cécile Agnès Joseph de Maulde, la sœur de Jean-Baptiste, qui en hérite. Sans enfant de sa première union (en 1751 avec Jean Emmanuel de Rambour, sgr de Gercy en Thiérache) le château passe en dot lors de son remariage le 19/02/1780 avec Charles François Joseph Baron van der Straten. Celui-ci étant au service de l’Autriche, membre de l’État Noble du Duché de Luxembourg et Comté de Chiny, il est élevé au titre de Comte par le Roi de France et siège jusqu’en 1789 à titre de seigneur de Cerfontaine.À sa mort le 13/07/1791, le château revient aux mêmes sœurs de Maulde (Marie-Aldegonde, Marie-Thérèse et Marie Cécile de Maulde) qui, à leur mort, le retransmettent aux enfants de leur benjamine (Marie Cécile) et de Charles van der Straten. Wikipédia

Du château-fort seigneurial, il en demeure la Ferme du château où en 1851, l’historien Zéphir Pierart trouve encore une tourelle à créneaux et des fossés de 3.60 m de largeur.

Fichier:Cerfontaine (Nord, Fr) mairie-école.JPG
La Mairie

Le bâtiment surmonté par un clocheton a été construit en 1848 puis agrandi en 1875. Il servait alors à la fois de mairie et d’école avant qu’en 1907, sous le majorat de César Thomas, fut édifiée une nouvelle école, à 50 m à gauche le long de la route Maubeuge-Cousolre.

La Place
Cerfontaine (Nord)
La salle communale
Source : PANNIER Alain
Prise de vue de la stèle réalisée à l’occasion des cérémonies commémoratives co-organisées par les municipalités de Colleret et Cerfontaine le 16 novembre 2018

La stèle en granit conçue par Serge Mroncz et taillée par Hubert Reboul rend hommage à 5 artificiers tombés à Cerfontaine le 10 août 1922.
Précisions sur : monumentsmorts.univ-lille.fr

Les cérémonies commémoratives du 16 novembre 2018 ont également été le cadre de l’inauguration d’une plaque dédiée à la mémoire des soldats du 1er Régiment d’Infanterie Territoriale qui ont pris part à la défense du fort de Cerfontaine lors du siège de Maubeuge du 30 août au 7 septembre 1914.

L'entrée du Fort de Cerfontaine
L’entrée du Fort : source: http://www.mapio.cz/
Oratoire Ste Rita
Oratoire Ste Rita

Oratoire Ste Rita au faubourg 209 Route Nationale.Mai 2013.

En vous promenant sur la route  de Coulsore vous découvrirez un cadeau original: une chapelle !

C’est ce qu’a reçu Jean-Luc Melet pour son départ en retraite. Les idées religieuses et l’architecture des chapelles de l’Avesnois (en fait, des potales en Belgique ou des oratoires en France) ont encouragé sa femme, sa famille et ses amis à faire ériger ce petit édifice au pied de leur véranda.                           Tous les critères ont été respectés : hauteur, dimensions, matériaux (pierre bleue ciselée).

« Saint Nicolas» et le nom de l’artisan qui a réalisé les travaux sont inscrits sur cette chapelle pourtant dédiée à Sainte Rita et qui a été bénie en Janvier par le père Paul.

Article paru dans sur le site de l’ARARCO : http://chapelles.org/actualites n°11 de Mai 2013

&&&&&

Il existait au lieu-dit « Près le Château » une chapelle bâtie sur 20 centiares appartenant jusqu’en 1848 à la commune. Elle appartient ensuite de 1848 à 1892 à Mr HERMANT Victor demeurant à Cerfontaine puis de 1892 à 1894 à Mr FIEVET Louis demeurant à Feignies. De 1894 à 1905 elle est en possession de Mr JOUGLEUX HERMANT gendre de HERMANT Victor géomètre à Cerfontaine et décédé en 1903. Enfin entre 1905 et 1912 Mr PAUVROST HAUTIER Lucien cultivateur à Cerfontaine la possède (ADN 35 P 310 Bâti et non Bâti de 1847 à 1912).

Elle était cadastrée section B n ° 3 :

Cadastre de 1845
Cadastre de 1845

&&&&&

Calvaire de la fin du XIX siècle
Calvaire de la fin du XIX e siècle
L’ancien moulin à vent du Diable de Cerfontaine Impasse du Moulin

Le seul établissement industriel à Cerfontaine était un moulin à vent au lieu-dit « le Diable ».

Il fut tout d’abord construit « au Bois de Gravette » un moulin en bois sur pivot par Etienne Legay en 1816. Sa situation étant mal appropriée, son fils Nicolas en fit b^tir en brique de l’autre côté du village au lieu-dit « le Diable », à l’altitude de 70 mètres, bénéficiant ainsi d’un bon vent, d’où son nom. On l’aperçoit encore de nos jours, avec sa grosse tour au mur épais de 1.50 m à la base. L’un des trois enfants de Nicolas Legay (1795+ 1877), à savoir son fils Louis Antoine en était le meunier en 1870. le moulin cessa son activité vers 1885, la toiture couverture alors d’une plateforme en zinc. Lors de la 1 ère guerre mondiale, il a servi de poste d’observation aux Français. Les Allemands en 1940 y installèrent une mitrailleuse. En 1948 le second étage est supprimé réduisant la hauteur à 6 m (bulletin municipal de 1998).