Robersart

La Place de Robersart

Robersart est le « sart » ou défrichement ayant appartenu primitivement à un certain Robert. Ses origines féodales sont prouvées par l’existence en son centre d’une grande motte de terre carrée entourée de fossés, et supportant aujourd’hui le cimetière.

La famille de Robersart, ancienne et célèbre, s’étégnit par le mariage de Catherine de Robersart avec Sanche de Lalaing, grand bailli de Cambrai. La seigneurie passa ensuite à Philippe de Bourbon par son mariage avec Jeanne, fille de Sanche, puis à Jeanne de Bourbon qui épouse François Rolin, sieur de Beauchamp. On ne citera, que pour mémoire leur antique château, qui fut rasé dès le XVII e siècle.

L’église de Robersart construite sur une motte féodale
L’église de Robersart

Sur le plan religieux, Robersart passa en 1186 sous la dépendance du doyen d’Haspres, lequel délégua ses pouvoirs à l’abbé du Cateau-Cambrésis.

L’église Saint-Jean-Baptiste fut édifiée en 1482, à la fin de l’époque gothique. La tradition médiévale ne s’est pas perdue puisque le cimetière s’étend tout autour du petit édifice. Elle fut reconstruite à la fin du XVIII e siècle.

***

Deux calvaires sur le territoire :

***

Deux chapelles sur la paroisse : voir mon site pour les détails

***

La Mairie construite en 1842

En 1794, les forces coalisées établissent leur camp à Robersart avant d’investir Landrecies. En l’an XI, la commune est rattachée à Preux-au-Bois, puis érigée en succursale en 1845.

***

La ferme Wattremez. XVIII e siècle.

Cette grande ferme s’ordonne autour d’une cour  à laquelle on accède par un porche voûté en plein cintre. Autrefois, se situait à cet emplacement la basse-cour du seigneur installé sur la motte féodale. Cette grande ferme date du XVIII e siècle. En 1808, le maréchal Mortier (celui-là même qui racheta aussi le château de Bousies) repense entièrement sa construction et laisse à sa mort la ferme telle qu’on la connaît aujourd’hui. L’imposant édifice a ensuite pris le nom de famille de son propriétaire.

La Place de Robersart