Petit-Fayt

Vue aérienne de Petit-Fayt

L’existence du site de Petit-Fayt, qui n’est pas distinct de celui de Grand-Fayt, est attestée dès 921 par une charte de Charles le Simple qui affecte à perpétuité ce lieu au service des frères du couvent de Maroilles.

Par la suite Grand-Fayt s’appela Fayt-le-Château et Petit-Fayt, Fayt-la-Ville (du latin villa : exploitation agricole). Ce dernier village groupait donc les exploitations dépendant du château, et l’ensemble appartenait au XI e siècle à Wedric-le-Barbu, le seigneur d’Avesnes.

En 1186, Petit-Fayt formait une paroisse du décanat d’Avesnes, mais, dans la suite, il ne fut plus qu’une annexe de celle de Grand-Fayt. 
Au XIII e siècle Philippe de Hainaut, seigneur de Sebourg et d’Angre, petit-fils de Bauduin-l’Edifieur, comte de Hainaut, possédait la terre de Fayt.

Les deux Fayts ne formèrent longtemps qu’une seule commune. Ils ne furent séparés qu’en 1845. Une ordonnance du 20 décembre 1847 érigea Petit-Fayt en succursale, mais cette paroisse n’en continua pas moins à être dirigée par le desservant de Grand-Fayt.

Eglise et Mairie
L’église de Petit-Fayt

L’église de la Visitation avec porche a été reconstruite en 1650, et agrandie en 1718-1719 par l’adjonction de nefs latérales.

La face est du clocher est percée de petites baies géminées romanes, vestiges de l’édifice du XIIIe siècle : source MH

Notons la pose d’un nouveau coq sur le clocher le 28 novembre 2011.

L’intérieur possède quelques statues intéressantes dont un saint Corneille et une Vierge portant l’Enfant-Jésus.

La dalle funéraire d’André Gosse, mort en 1691 et de Marguerite Manesse sa femme est classée MH et représente la mort tenant une bêche et une faux entre deux personnages placés sous un arc en plein cintre.

Petit-Fayt
La mairie de Petit Fayt – 1848
Le Monument aux Morts de Petit-Fayt. Photo Micheline Casier (juin 2017). Université Lille 3
Monument aux morts

Beau monument rectangulaire de pierre bleue de 4 mètres de haut pour 1,60 mètre de longueur et 1,20 mètre de largeur. Il se compose de 3 parties : Sur la partie inférieure, on trouvait à l’origine les noms des soldats victimes des trois guerres (1870-1871 /1914-1918/ 1939-1945) sur des plaques de marbre rivetées aux quatre faces du monument. Les noms étaient entourés d’un côté d’une feuille d’olivier et de l’autre d’une feuille de laurier. Plus tard, ces plaques furent enlevées et l’on ne trouve aujourd’hui que les noms des soldats gravés dans la pierre.

Sculpteur : Etienne Camus. Marbrier : Alphonse Moronval d’Avesnes

Petit-Fayt 2013 date de sa restauration et de son inauguration

Kiosque à danser circulaire en fonte sur pied unique fabriqué vers 1890 par la fonderie Paradisd’Hautmont.

La principale activité de la commune est la laiterie qui récolte tout le lait produit sur l’Avesnois ; elle est l’héritière de la Laiterie coopérative des Fayts.

Vue aérienne de la laiterie
La laiterie des Fayts
  • 1891: Création par de la SA coopérative de la laiterie de Fayt par Auxibe Benvenot.
  • 1935 1937 : Utilisation du lait pour en faire du beurre et du fromage à pâte molle. Source Vezin C et P Vandame
  • 1967 : Fermeture. Les adhérents partent surtout à la laiterie de l’Abbaye de Dompierre-sur-Helpe.
  • 1972 : Achat des bâtiments par l’Abbaye. Celle-ci du groupe Ucanel en 1989 ferma en 1992.
  • 1997 : Alliance entre une coopérative agricole UCANEL et un géant du lait LACTALIS pour former CANELIA.
    Canélia compte deux sites de production : Petit-Fayt spécialisé dans la matière grasse et le lait UHT et Rouvroy-sur-Audry, dans l’Aisne, dédié à la poudre de lait.
  • 2018 : Investissement de 2,2 millions d’euros pour moderniser l’outil de travail et améliorer la qualité.
  • 2019 : Suppression d’une chaudière de 41 tonnes et de 25 m de haut qui avait été installée en 1978. Cette chaudière à fioul lourd servait à fabriquer la vapeur pour pasteuriser les produits laitiers.
Petit-Fayt