Croix-Caluyau

Croix-Caluyau est un village qui fut donné en 705 à l’abbaye de Saint-Denis par le roi Childebert, et ayant appartenu ensuite à l’abbaye de Maroilles.

L’église de Croix-Caluyau
La Mairie de Croix-Caluyau
Le Monument aux Morts de croix-Caluyau Université Lille 3
Calvaire dans le cimetière
Calvaire dans le cimetière
Calvaire rue du Château d'eau

Calvaire rue du Château d’eau
Chapelle
Chapelle Chaussée Brunehaut
Intérieur de la chapelle
Intérieur de la chapelle

Cette chapelle comporte deux pilastres purement décoratives. Elle apparaît sur le cadastre de 1931 et est dédiée à la Vierge (ADN P 31 / 683 Section J 776).
http://oratoiresetchapelles-avesnois.fr/croix-caluyau/

La Villa Paul Chaussée Brunehaut

Cette maison d’inspiration Art déco a été construite sur les plans de l’architecte landrecien M. Bourdon. 
Son propriétaire Mme Ternant l’a appelée « Villa Paul » en mémoire de son fils tué lors de la Première Guerre Mondiale.

L’ancienne Brasserie de Croix-Caluyau

Au 11 Chaussée Brunehaut, une demeure empreinte d histoire ne peut qu’ attirer nos regards. Deux maisons au style différent se juxtaposent. A l’ origine, l habitation sans étage, en briques et pierre bleue, avait de part et d autre de la porte trois fenêtres. Construite vers les années 1830, elle se prolongeait perpendiculairement et en vis à-vis par un ensemble de bâtiments destinés aux activités de brasseur et de cultivateur. Cette brasserie, cadastrée en section B N° 56, reconnaissable à sa touraille où trônait le Gambrinus (symbole des amateurs de bière), comportait de magnifiques caves voûtées soutenues par des piliers et des greniers dont la charpente était entièrement en bois. Actuellement, comme vestiges de cette activité, on peut admirer un treuil et une poulie dans le grenier, les caves, les dépendances et un linteau avec des fourquets (pelles en fer, en cuivre voire en bois, percées, utilisées en brasserie lors de la confection de la bière). Cette brasserie a été exploitée par Jean-Baptiste Lacomblez et ensuite par la famille Delsart- Lacomblez. En 1858, elle produisait 642 hectolitres de bière forte et 309 hectolitres de petite bière. Elle aurait été encore en activité au delà des années A cette époque, Melle Delsart épousa M. Carlier qui possédait une brasserie et une propriété agricole. Ils reçoivent en héritage la brasserie et la moitié de l habitation qui est jugée trop petite. La maîtresse de maison rêve d une maison aussi belle que celles de ses sœurs établies et comparable à la Villa Paul. C est pourquoi, elle fait appel à Marcel Bourdon, architecte renommé, afin de réaliser la maison à la hauteur de ses envies, intégrant le génie du concepteur, alliant briques, béton, décorations, et inspiration à l image des demeures bourgeoises et des châteaux. La partie de l habitation reçue en héritage sera surélevée par un étage et agrandie pour rejoindre les bâtiments de la brasserie. «La façade à rue sera cimentée en faux appareil, avec une baie large en anse panier, surmontée de colombage feint autour d une décoration centrale en relief en forme de cul de lampe élargi». Côté cour, pour donner de l élégance et asseoir cette résidence, Marcel Bourdon conçoit un perron constitué de trois marches en ciment verni qui permet d accéder à une véranda composée d une balustrade en bois et couverte d une double verrière. Dans le prolongement de cette véranda s imbrique une tour en briques aux angles obtus qui se termine par un clocher au toit débordant, couvert d ardoises en écailles dont un épi finit la décoration. L’ensemble de la construction est réalisé en briques et colombages en ciment avec une toiture en demi croupe surmontée d un épi, couverte d ardoises d Angers. Sur le faîtage court une frise. Cette description rapide ne reflète pas toute l imagination de cet architecte car il est fait abstraction de tout l aménagement intérieur de cette propriété : c est une œuvre d art. Deux maisons au style différent se juxtaposent et témoignent de l association de deux activités : brasserie et agriculture. Seule cette dernière perpétue la vocation de ces bâtiments. Elisabeth Pruvot 2C2M- Sources : «L architecte Landrecien Marcel Bourdon» de Mme Francine Michaux.


M Francis Janicot, héliciculteur au 21 chaussée Brunehaut

La ferme hélicicole de l’Avesnois est un élevage d’escargots créé en 1990 dans une ferme typique de l’Avesnois du XIX ème siècle. L’élevage a été converti à l’agriculture biologique en 2010. Les escargots y sont élevés depuis leur naissance jusqu’à l’âge adulte. Les recettes sont élaborées et cuisinées à la ferme. La production issue de l’élevage est vendue aux particuliers, aux professionnels, et aux boutiques de produits de terroir.

Le labyrinthe de l’escargot. L’escargot de Ch’ Nord

Une aventure à vivre en famille, à la ferme, au cœur de l’élevage d’escargots.
Des activités ludiques et instructives adaptées à tous les âges.
Sur place Francis et Patricia Janicot, les exploitants, remettent aux visiteurs, non pas un plan mais une feuille de route qui leur permettra, en quatre  étapes de jouer tout au long du parcours. Deux à trois heures de dépaysement assuré.