La Longueville

Vue aérienne de La Longueville

La Longueville parait tirer son nom d’une « villa » ou « ferme » située sur l’ancienne chaussée romaine allant de Bavay à Trêves. L’aqueduc qui alimentait Bavay passait par La Longueville. Cependant il n’est fait mention du village qu’à partir du XI e siècle.  Il fut alors élevé à l’époque de Richilde et de son fils Bauduin, au rang de l’une des douze pairies du Hainaut.

Les seigneurs de la famille de Werchin possédèrent la pairie dès 1150-1160.
La dernière héritière, Philipotte de Werchin en épousant Jean de Barbançon (1354-1415), transmit par ce mariage la seigneurie de La Longueville à la maison Barbançon. Leur fille Jeanne de Barbençon (1400- ?) se maria en 1432 à Jacques de Ghistelles (1395-1452). Leur fils Jacques de Ghistelle possédait cette prairie en 1473 consistant en terres, maisons, bois, moulins, rentes, haute, moyenne et basse justice .

La terre de La Longueville fut enssuite aux mains de la maison de Ligne et de Croÿ. Puis Philippe Louis d’Egmont (1623-1682), comte d’Egmont, prince de Gavre, marquis de Renty, seigneur de Chièvres,officier et ambassadeur au service du roi d’Espagne, devint seigneur de La Longueville par son mariage en 1659 avec Marie Ferdinande de Croÿ (1636-1683).

La Longueville passa ensuite aux familles des Pignatelli-Bisachia et de Luynes et en 1789, au sieur Bady, comte de Normond.

Le village appartenait autrefois à la prévôté de Bavay, mais le chapitre de Maubeuge y prélevait la dîme et y possédait d’importants biens.

La Longueville
L’église Sainte-Aldegonde de La Longueville
Le choeur

Le chœur de l’église de La Longueville est du XV e siècle mais le reste des parties a été accolé bien après. D’ailleurs, en 1859 la nef et le clocher furent restaurés.
En mai 1940, Le village souffrit des bombardements et le clocher fut alors incendié.

L’intérieur est intéressant. On peut y voir :

Chaire de vérité

une chaire de vérité de 1631, avec l’effigie des quatre évangélistes.

Christ en croix. Ministère de la culture – base Palissy

un très beau Christ en croix qui semble provenir d’une ancienne poutre de gloire XVI e siècle.

Autel. MH

Sous ce christ un autel qui est en fait une table Louis XV avec sous cette table aux pieds galbés un Christ au tombeau.

L’école et la mairie Année 1920
Salle des fêtes et Mairie Année 1960
La Place Année 2018
La salle des fêtes change de vocation

L’actuelle salle des fêtes ne pouvant plus assurer sa partie festive car n’étant plus aux normes, la municipalité a décidé de la transformer en une salle servant au réchauffage de plats.

Le conseil municipal a donc fait entreprendre depuis fin 2018 à la construction d’une salle polyvalente derrière le parking de l’espace Batailler, complexe à vocation sportive, culturelle et événementielle.

Enfin, le maire et son équipe travaillent à un projet de bibliothèque associative. L’idée est de réinvestir l’ancien local de la Poste, situé au cœur du village, près de l’église. Un local entièrement réhabilité et sous-utilisé.

Monument aux Morts. Marbrier Masson à Houdain Université Lille 3
Stèle érigée à la mémoire de William Wyatt Patton Jr. Impasse de la Gare
1st Lt William W. PATTON Jr. 8th Air Force 3rd AD -55th Fighter Group
3rd Scout Force


Lieu du crash : à environ 700 mètres de la stèle située impasse de la gare.

Un avion américain ( le P 51 Mustang n° 44-15331) s’est écrasé le 15 janvier 1945. Les restes de l’avion et le corps du pilote ne furent retrouvés qu’en 2001.

William Wyatt Patton Jr du 388ème BG
Lt William Patton Jr Photo du site americanairmuseum

Le Lieutenant William Patton Jr fut tué le 15 janvier 1945 alors qu’il effectuait une mission de reconnaissance météorologique. Il avait décollé de la base de Wormingford, située à 9,7 km au nord-ouest de Colchester dans l’Essex en Angleterre. Le contact radio fut perdu suite à un 180 ° dans le brouillard vers 11 h 15.

Calvaire rue Pasteur/ rue de Bavay
Calvaire rue Pasteur/ rue de Bavay
Détail du calvaire

Economie :

L’agriculture, l’élevage et la sylviculture furent les activités dominantes.

Pigeonnier au lieu-dit le Louvion.
Ancien porche de ferme Rue Maxime Quévy sur la D 95

Sur le sol de la commune, on trouva par le passé deux moulins à eau, une brasserie, deux briqueteries, quatre carrières de sable et de nombreuses fermes dont quelques unes du XVIII ème sont encore présentes de nos jours.

Les moulins :

Un moulin à eau existe sous l’ancien régime et un second est bâti durant la période révolutionnaire. Cliquer ici pour mieux appréhender leur histoire.

La Longueville et ses deux anciens moulins

La brasserie :

La brasserie Forta
La fontaine ste Aldegonde à la Longueville

Une légende entoure la création de cette fontaine. Un prince anglais nommé « Eudon » souhaitait ardemment conquérir Sainte Aldegonde, la fille du seigneur de Coulsore, Walbert IV. Celle-ci n’était pas de cet avis. Un jour, il se trouva face à face avec elle à La Longueville. Alors qu’elle essayait de s’éloigner, le prince tenta de la retenir par ses vêtements, mais aussitôt touchée, la belle disparut. Il n’avait plus en main qu’une grenouille qu’il jeta. Dès que le batracien toucha le sol, une source jaillit à l’endroit même. Bibliographie : Livre  » Guide de Flandre et Artois mystérieux »