Rousies

Vue aérienne de Rousies

ROSIES, en celtique, veut dire « au bord de la rivière ». Rousies pourrait donc tirer son nom de sa position sur les rives de la Solre. Le village est en effet construit sur les versants de deux monticules bordant la Solre, à l’Est l’un de ces mamelons est couvert en partie par le Bois du Bon Père, l’autre est à la butte de Falize.

Les Comtes du Hainaut, les Seigneurs d’Avesnes, les Chanoinesses de Maubeuge, les Seigneurs de Beaumont possédaient au Moyen Age des biens à Rousies.

En 1194, Bauduin V, Comte de Hainaut céda aux chanoinesses de Maubeuge sa part du Bois de Falize. En 1278, La Comtesse Marguerite de Hainaut donna à Henri de Rosies des terres situées « sous le Viviers » tenant à la Solre, c’est-à-dire entre la rue des viviers actuelle et la Solre. En 1340, le Seigneur de Beaumont donna sa fille Jeanne en mariage à Louis de Châtillon, Comte d’Avesnes, avec une dot comprenant une partie importante de Rousies ainsi qu’une partie du Bois des Bons Pères.
En 1476, Rousies faisait partie des Etats de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, puis en 1550 le village appartint à l’Empereur Charles-Quint puis au roi d’Espagne Philippe II. Le seigneur était le comte de Beaumont. En 1608, Charles de Croÿ, comte de Beaumont, fit établir le cartulaire de Rousies, nous donnant ainsi une description du village. Rousies ne fut française, non pas en 1678 par le traité de Nimègue suite à un oubli de cession, mais en 1704 suivant une déclaration du Roi Louis XIV, enregistrée au parlement de Tournay le 7 février. Le seigneur était Philippe d’Orléans, comte d’Avesnes.
En 1791, les habitants de Rousies ravagèrent les Bois des Bons Pères pour pouvoir se chauffer. En 1793, ils brûlèrent les statues de l’Eglise. Le village
fut occupé par des troupes autrichiennes qui assiégeaient la ville de Maubeuge jusqu’à la bataille de Wattignies en Octobre 1793.
Le 6 Septembre 1914 Rousies subit un bombardement qui écrasa l’Usine Vautier, qui se trouvait sur l’actuelle Place de la Libération, en bordure de la Solre, la gare fut détruite, sept obus tombèrent sur l’Eglise.

La Mairie, l’Ecole des Garçons furent également bombardées.

L’église Saint-Waast de Rousies
L’église de Rousies Mai 2019
La Nef
Le choeur

Le 12 août 1856 Marie Barbe Laloux laissa par testament 7000 francs pour la construction d’une nouvelle église. Cette dernière sera construite sur l’emplacement de l’ancienne, et sur le cimetière qui l’entourait. Après transfert du cimetière en 1867, la construction de l’édifice commença et la réception des travaux eut lieu le 1 er juillet 1869, le carrelage terminé en octobre, le perron en décembre.

La Mairie et son site
Salle des Fêtes

Elle a été édifiée en 1935 et est inspirée du style Art Déco. Elle a été restaurée en 2016.

Le Monument aux Morts Université Lille 3
Calvaire 41 rue de Maubeuge
Le Calvaire 41 route de Maubeuge
Le calvaire vers 1910
Le calvaire vers 1910
Le kiosque disparu de Rousies

Conçu Place St Bernard en 1931, sa disparition en 1969 eut pour origine son délabrement.

1 oratoires et 3 chapelles :

Oratoire St Jacques dans une propriété privée Avenue de Ferrière.
Oratoire St Jacques dans une propriété privée Avenue de Ferrière.
Chapelle ND de la Salette début XIXème siècle
Chapelle ND de la Salette

Située rue de la Grimpette, cette chapelle avait déjà fait l’objet d’une restauration à partir de 1998 suivie d’une inauguration en 2010. Elle est de nouveau en travaux. Ses origines laissent supposer qu’elle serait du début XIXème siècle et appartenait alors à la famille de Thomas POULET marié en 1804 à Marie Rose Maufroy.

Chapelle ND de Lourdes (1922)
Chapelle ND de Lourdes (1922)

Chapelle rue Jules Cuisset.

Chapelle St Hubert
Chapelle St Hubert
Intérieur Chapelle St Hubert
Intérieur Chapelle St Hubert

Chapelle située au bout de la rue St Lazare.

Chapelle St Joseph 99 Bis Ave de Ferrière
Chapelle St Joseph 99 Bis Ave de Ferrière
Emplacement de la Chapelle St Joseph
Emplacement de la Chapelle St Joseph

Cette chapelle a été détruite il y a peu de temps pour laisser la place à un lotissement.

Le Moulin de Rousies :

Rousies
Rousies : Cadastre 1844 SA 383 et 404

La Solre termine son cours à Rousies où avant de se jeter dans la Sambre, elle faisait tourner un moulin banal appartenant avant la Révolution au duc d’Orléans. Il était occupé par le meunier François Leclercq en 1795. Il appartenait en 1810 à Eugène Félix, le propriétaire des usines de Ferrière-la-Grande et du moulin d’Hautmont. Eugène Félix construisit près du moulin mais sur sur une branche de la Solre une usine pour la fabrication d’armes (Section A 383 sur le plan cadastral de 1844). Ce moulin et cette usine, laquelle fabriqua par la suite des broches et cylindres à métiers mécaniques et des articles de quincaillerie, furent achetés en 1836 par François Dumont de Ferrière-la-Grande. Dandoy-Maillard, Lucq et Cie louaient en 1865 cette fabrique de quincaillerie. Seule la société Dandoy-Maillard la détenait en 1895 avant que les Etablissements Sculfort-Fockedey-Wautier en prirent possession vers 1910. L’usine très endommagée par la guerre 14-18 fut démolie en 1920. Quant au moulin situé sur la rive droite et actionné par une turbine, J’en ignore sa date d’arrêt.

La Maison Ronde

La Maison Ronde, rue de Maubeuge, est un ancien moulin, construit en pierres et en terre et dont les meules étaient actionnées par des chevaux ou des ânes tournant autour du bâtiment. Celui-ci fut reconstruit vers 1850 en pierres et en briques et transformé en habitation.

La place de l’Abreuvoir s’appelait rue du Moulin. Elle se continuait jusqu’à la route royale de Maubeuge à Philippeville, actuellement Avenue de Ferrière qui, en 1900, ne comptait qu’une dizaine d’habitations. Mais pour les Roséens, la véritable route de Maubeuge, parce que plus courte, traversait le plateau de Falize et débouchait au Glacis, près de la Chapelle Sainte-Aldegonde.

La Villa Renée
La gare de Rousies
La gare de Rousies

Les Lieux-dits :

A Rousies, comme dans les villages voisins, ils sont nombreux, mais il n’est pas toujours possible d’en comprendre l’origine. Nous allons essayer d’en expliquer quelques-uns, assez pittoresques.

« Sous les Ponts » : zone située entre la rue du moulin (actuellement la rue de Maubeuge) et les deux bras de la Solre, en aval du moulin vers le pont de la vaqueresse. Des ponts enjambaient ces deux bras (le second était situé un peu avant le passage à niveau). L’entretien était à la charge du propriétaire, puis de la commune à partir de 1825.

« La Sorcière » est la partie du village située entre la Cense d’en Haut et la rue de la Vaqueresse.

Le 2 août 1589, Marguerite LYOSNE, de Rousies, accusée de sorcellerie fut brûlée vive à Maubeuge. Peut-être habitait-elle cet endroit !

« La Cense d’en Haut » C’était la ferme située vers le haut du village, rue de Maubeuge.

« Les Viviers » Les chanoinesses de Maubeuge, comme les moines des abbayes, consommaient beaucoup de poisson, d’autre part, elles possédaient de nombreuses terres à Rousies. Il faut peut-être voir là l’origine de ce nom. Il existe encore d’ailleurs deux vastes étangs dans ce secteur.

« Le Roux » Au XV° Siècle Jehan LAMBERT dit le Roux, possédait des terres à Rousies. Il se désista d’une partie de son héritage en faveur de Jeanne de LIEDEKERQUE, chanoinesse Maubeuge.

 « Le Moulin à Vent », ce lieu-dit est situé entre la rue de Maubeuge et la rue Pierre Curie. Le moulin à vent était situé près du château d’eau, rue du chemin vert.

« La Face du Diable »1 se trouve en bordure de la rue Clémenceau à la limite de Ferrière. Nos ancêtres, qui voyaient le Diable et des sorcières partout, y évoquaient peut-être le Démon.

« Le Bois du ou des Bons Pères, ‘La Moinerie’ », rue d’Assevent ; Quels ermites, quels moines ont vécu en ces lieux ?

« La Belle-Vue » Au point culminant de l’Avenue de Ferrière, on embrassait un vaste panorama vers Ferrière et Cerfontaine.

« Les Breuils » désigne le secteur de Rousies, rue du Glacis, qui était couvert de taillis et de buissons, entre la butte de Falize et la Sambre.

« Le Glacis » était le terrain découvert, en pente douce, qui s’étendait entre les fortifications de Maubeuge et le plateau de Falize.

« L’Arsenal » se trouvait à l’emplacement du Centre de Formation Professionnelle. On y réparait et entretenait le matériel militaire de la garnison de Maubeuge.

« La Genette » ; en bas de l’avenue de Ferrière. C’était une cense,  mais aussi  auberge réputée, où venaient manger les échevins de Maubeuge au retour de l’hommage annuel aux abbés d’Hautmont. Mais est-ce ce petit mammifère carnivore à longue queue, recherché pour sa fourrure qui a donné son nom à ce lieu-dit ?

« Le long Bonnier » le Bonnier est une ancienne mesure agraire qui équivaut approximativement à 1 Hectare et demie.

« La Redoute de l’Etoile, le Grand Fort » nous rappellent l’ancien camp retranché de Maubeuge.

« Les Pâtures de devant Assevent », « Les Pâtures à Jaune beurre », « Les Pâtures à Bouquet » (nom de famille), la « Briqueterie », « Les Champs de l’Alouette » ne nécessitent aucune explication mais par contre il est difficile de comprendre l’origine du nom d’autres lieux-dits comme la « Folle emprise », la « Berlandière », la « Narbonnière », les « Orimonts », les « Evaux », la « Vaqueresse ».

Source du texte : « ROUSIES, notes historiques » de Jean GILSON en 1982

Agriculture :

Il y avait à Rousies au XVIII° siècle, plusieurs fermes dont les bâtiments existent toujours mais qui, modifiés, sont devenus aujourd’hui des locaux d’habitations.

  1. La ferme du Corbeau, rue du Caillou.
  2. La ferme Huvenoit dont les locaux furent utilisés par les Faïenceries de Rousies.
  3. La ferme Raux, Place de l’Abreuvoir.
  4. La ferme Leclercq, également Place de l’Abreuvoir. Cet abreuvoir se trouvait à l’emplacement de la cabine EDF.
  5. La ferme Poulet, rue de la République, derrière l’Eglise, Cour Maurage actuelle.
  6. La ferme Jaumain, c’est la cour Paraye, rue de Maubeuge, après le passage à niveau.
  7. La Cense d’en Haut (Cinse d’in Haut) rue de Maubeuge, peut être la plus ancienne, elle figure déjà sur un plan de 1764.
  8. La Cense de la Genette, route de Ferrière, très ancienne également, puisque c’est là que les notables Maubeugeois, Mayeur et Echevins s’offraient  chaque année un plantureux repas après avoir rendu leur humiliant hommage à Monseigneur l’Abbé d’Hautmont, comme le raconte Jacques PREVOT dans son livre « Le Grand Hautmont ».
  9. La ferme Thomas, rue de la grimpette près de la Chapelle.
  10. La ferme Julien plus récente, rue Jules Huart qui comprenait des locaux d’habitation et des étables, le bâtiment à usage commercial (Radar, N°1) a été construit à l’emplacement de la Grange du Corbeau.
  11. Les bâtiments occupés actuellement par le Centre Aéré « Les Sablons » étaient également des locaux agricoles.

Avant l’apparition des Chemins de fer, les fermiers Thomas, Raux, Leclercq exerçaient le métier de roulier et transportaient des marchandises dans toute la France, ils allaient ainsi, d’auberge en auberge, pendant plusieurs mois, c’étaient les « routiers » du XIX° siècle. Les femmes et les enfants s’occupaient des vaches, moutons, et chevaux pendant leur absence.

La Vaqueresse était la grande prairie située entre la Solre et la Sambre. Après la récolte du foin et du regain, les propriétaires y parquaient leurs vaches mais autorisaient ceux qui ne possédaient pas de prairies à y parquer également leurs bêtes, moyennant une redevance, c’était le droit de « vaine pâture ».

Dans les années sèches, on établissait un barrage au pont de la Solre, celui de la Vaqueresse, et l’eau se répandait dans l’immense prairie ce qui permettait la récolte d’un abondant regain.

Après la construction de la ligne de chemin de fer Creil-Erquelinnes vers 1865 on n’inonda plus la Vaqueresse mais d’après E.Willamme, la « Vaine pâture » subsista jusqu’en 1890, les redevances servant à entretenir le long de la voie ferrée, des barrières, derrière lesquelles les vaches roséennes regardaient passer les trains. Source texte : Mairie

Extrait de « ROUSIES, notes historiques » de Jean GILSON en 1982, Maire de Rousies de 1977 à 1989, complété par les recherches de l’association Racines et Patrimoine

Industrie :

Avant la révolution de 1789 on tissait à Rozies une étoffe de laine assez grossière appelée casée. Il n’existait pas d’établissement industriel mais le travail était exécuté sur métier, à domicile par certains paysans, surtout l’hiver.

Depuis 1701, il existait à Maubeuge, une manufacture d’armes dirigée par Robert Daretz, cette manufacture avait des ateliers à Rousies et à Ferrière-La-Grande  et son directeur possédait le bois situé entre Rousies et Ferrière et que l’on nomme à tort le Bois d’Arrêt alors qu’il faudrait écrire le Bois Daretz.

Le 17/03/1711, le Duc d’Orléans vendit le moulin et l’usine, avec le courant de la rivière, le droit de banalité et franchises à Martin JULIEN. Ses héritiers revendent le 26/11/1810, le moulin à deux tournants et la foulerie, les terrains annexés, les près de la briqueterie, à Eugène FELIX, directeur de la manufacture d’armes. Ce dernier transforma l’usine en platinerie pour le service de la manufacture.

De nombreux Roséens travaillaient a la Manufacture d’Armes de Maubeuge aussi la fermeture définitive de celle-ci en 1836 provoqua-t-elle le départ de nombreux armuriers et Rousies qui comptait 439 habitants en 1835 n’en possédait plus que 391 en 1851.

Après la suppression de cette manufacture, les usines sont vendues, l’une à Monsieur Dumont, l’industriel ferrièrois, l’autre à la quincaillerie de Maubeuge « Dandoy, Maillard, Lebeau, Lucq et cie » » qui fabrique des baguettes à fusils, des broches pour les filatures, des clés anglaises, des essieux.

En 1868, cette usine devient la Fabrique Vautier et cie qui sera complètement détruite lors des bombardements du 6 Septembre 1914. Les meules installées au carrefour de la voie rapide et de la rue d’Assevent proviennent du démantèlement du moulin (appelée « l’usine ») du bras principale de la Solre dans les années 1960.

Vers 1850, il y avait une scierie de marbre au Faubourg Ste Aldegonde, une fabrique de tuiles rue du Grand Fort et une tannerie.

Dans les prairies environnant le Centre Aéré « Les Sablons » on a extrait au XIX° siècle du minerai de fer pour alimenter les hauts-fourneaux de Ferrière-La-Grande mais la teneur de fer étant trop faible, l’extraction fut abandonnée. On a aussi exploité des sablonnières dans ce secteur.

La glacerie

En 1891, une société anglaise (Société Pickington) installa dans les prairies bordant la Sambre, face à Assevent, une glacerie qui occupait 500 ouvriers environ ce qui provoqua une sérieuse augmentation de la population roséenne. Une école (actuelle mairie) est construite, une halte est prévue sur le chemin de fer aux bons pères, et un pont est construit sur la Sambre, reliant pour la première fois Rousies et Assevent. La glacerie, rachetée par Saint-Gobain ferma brutalement ses portes en 1935.
Cette société avait fait construire de nombreux « corons » pour ses ouvriers : Quartiers des Bons Pères et de l’Ensemble Henri Barbusse. Ces habitations furent achetées, après la disparition de l’usine, par des particuliers.

La faïencerie

Vers 1864, une briqueterie mécanique s’installe pour produire des briques réfractaires, des tuyaux de grès, des carreaux de faïence.

Le 27 juillet 1905, la société OBERS et Cie est en faillite et l’usine fut vendue aux enchères.

Les statuts de la Société anonyme des faïenceries de Rousies furent déposés le 10/01/1908 par Horace Gottignies, Fidèle Haussy et Anatole Tellier, tous trois industriels à Rousies, Hautmont et Louvroil

Objet: acquisition et l’exploitation d’une faïencerie à Rousies appartenant alors à M. Alexandre Wauthier, de La Louvière.

La société sera dirigée par le fils d’Horace GOTTIGNIES, puis par son petit fils Pierre, qui la dirigera jusqu’au 18/11/1968, la société étant cédée aux Ets Simons du Cateau.

La société fermera ses portes quelques temps plus tard.

La chaudronnerie GOTTIGNIES, les APPLEVAGES

la société GOTTIGNIES a été créée par François Horace GOTTIGNIES, entre le premier mai 1891 et le dix-huit juin 1893. Elle sera vendue le 1e mai 1914 à la société Applevage, puis plus tard à la société Fives-Cail-Babcock.

Le Phénix

La société de galvanisation le Phénix a été fondée le 29 mai 1909 par Horace Gottignies, industriel à Rousies, Fidèle Haussy, industriel à Hautmont, et Gustave Stilmant, agent industriel à Frameries.

Les Boulonneries Carnières et Défossez, l’Air Liquide, s’installeront à Rousies vers 1925.

Donc, depuis  deux siècles notre village a a une vocation industrielle

Source texte : Mairie

Extrait de « ROUSIES, notes historiques » de Jean GILSON en 1982, Maire de Rousies de 1977 à 1989, complété par les recherches de l’association Racines et Patrimoine

Multi-vues de Rousies