* L’Apport de l’Archéologie à la connaissance historique de l’Avesnois

Les sources narratives et diplomatiques (écrits de J. César, diplômes royaux, confirmations épiscopales, chartes…) nous permettent d’appréhender l’histoire de l’Avesnois sous l’Antiquité et le Haut Moyen-Age. Même si ces précieux documents citent de nombreux toponymes qui ont fait l’objet d’un examen attentif de leur localisation géographique actuelle, les découvertes archéologiques apportent des renseignements inédits sur la fondation de nombre de nos villages. Sans ces gisements l’occupation gallo-romaine ne serait pas soupçonnée dans beaucoup d’endroits de notre région qui, rappelons le, faisait partie avant l’occupation romaine du territoire des Nerviens, peuple gaulois qui occupait tout le Hainaut et la partie du Cambrésis située à droite de l’Escaut. Grâce aux notes de R Terrisse de 1938 ci-dessous, il nous est permis de mieux cerner très localement l’occupation humaine de notre territoire.

AIBES. — En 1849 dans une carrière ouverte pour l’empierrement de la route Solre-le-Château- Jeumont on mit au jour deux squelettes avec armes et petits pots (époque franque).
ANOR. — En 1836, dans le camp de Macquenoise : monnaies d’or, d’argent et de bronze gauloises et romaines.
Une voie gauloise reliait les camps de Flaumont (Avesnelles) et de Macquenoise.
AUDIGNIES. — Très important cimetière des Xe et XIe siècles au lieudit « Moulcon ».
A peu de distance en avançant sur Bavay, avant d’arriver au chemin d’Audignies, au milieu de la chaussée actuelle : puits avec ossements (actuellement rebouché).
ASSEVENT. — Près de la chaussée romaine passant au nord du village : substructions romaines et puits.
AVESNELLES. — Camp de Flaumont appelé « Camp de César » : découverte de trois pièces gauloises en or, dans un puits à sec, près de la grotte du « Catelet ».
Dans la terre à brique Eugène Flament, située sur le versant nord du coteau où se trouve Avesnelles et à 100 mètres de l’Eglise : sur 3 ares remués à 1 m. 20 de profondeur, mise au jour de 100 squelettes en deux couches superposées. L’une à 80 centimètres, l’autre immédiatement au-dessous.
En 1874, en nivelant le chemin vicinal sur le côté gauche de l’ancien cimetière de la commune, mise au jour de sépultures franques.
Dans le terrain de M. Defroyenne, au sommet du plateau d’Avesnelles, près de l’église, tombes franques à 80 cm. de profondeur.
Dans le jardin d’une maison voisine et sous le chemin entre deux maisons j’ai découvert deux squelettes et un vase franc.
Dans la pâture, située derrière la maison Demorgny, en établissant la voie ferrée, on trouve à 75 cm. de profondeur un coffret en bois pourri, contenant une clé, un fer de lance et une poterie rouge, romaine.
Au nord du village, dans un lieu en contre-bas dit « Taille-pied » on trouve un objet en fer à 50 cm. de profondeur.
En 1871, sur le versant oriental de la colline où s’élève Avesnes, à 525 mètres des remparts, dans une grande prairie bordée d’un chemin de terre, à 35 cm. de profondeur, un briquetier trouve une quantité de vases funéraires des IIe et IIIe siècles, puis un Ustrinum de 3 m. x 2 m.
AVESNES. — On découvre quinze sépultures dans les fondations de la maison Lacroix-Poulet, située le long d’un petit chemin près de la voie du chemin de fer, sur la rive droite de l’Helpe, au sud de l’ancien cimetière.
BACHANT. — Outre les découvertes déjà connues, on trouve au hameau d’Estrées des monnaies, des sépultures et des substructions romaines. (Estrées a disparu au XVIIIe siècle).
BAS-LIEU. — En 1805, au nord-ouest, près de la Chaussée : sépulture romaine.
Nombreuses substructions et tuiles romaines dans l’ancien bois dit « Haie d’Avesnes ».
BEAUFORT. — Dans la terre du « Catiau » : substructions, tuiles, et poteries romaines. En 1825 on avait découvert près de la tour de Beaufort des monnaies romaines.
BEAURIEUX. — Dans une terre de M. de Robault existe une mottelle non encore explorée.
BERLAIMONT. — Vers le centre du village : substructions romaines, tuiles, vases, monnaies.
Cimetière romain riche et important, trouvé au cours des fondations des bâtiments de l’usine électrique.
BERSILLIES. — Hache en bronze, dans le « chemin de la forge » sous une grosse pierre. Hache en pierre polie à 100 mètres de là, en défrichant une haie.
BERMERIES. — En extrayant de la terre à brique, en 1927, M. jules Bon découvre une sépulture romaine du IVe siècle.
BOUSIES. — On éventre un énorme tumulus au lieudit « Bousin », contenant une centaine de squelettes, placés dans des troncs d’arbres creusés.
Dans le bois de Bousies èt dans le défrichement du bois d’« Escaluyaux » près de la chaussée de Vermand, on découvre à 100 m. environ de la fontaine l’ « Abîme » des sépultures avec vases, monnaies, statuettes, etc.
Près de la chaussée, dans le bois de la « Pâture » existe un vaste bâtiment à colonnes où furent trouvées des statuettes en bronze.
BOUSIGNIES. — A quelques mètres de la frontière belge, dans le bois du Vigneux près de la borne-frontière de 1819 existent des substructions romaines et des tuiles qui couvrent un espace d’environ quinze mètres de rayon.
BOUSSIERES. — On découvre en 1839 une bague de chevalier romain.
BOUSSOIS. — En 1846, en extrayant du minerai de fer à l’emplacement de la chaussée romaine, on trouve un vase avec monnaies romaines.
Le long de « la Havette » (ancienne chaussée romaine) existent des substructions.
Au lieudit « Warimetz » on découvre des monnaies dans un vase.

LA BUISSIERE. — Ruines du « Château de César » et « Chêne des Batailles ».
BUVIGNIES. — On découvre dans la terre Degelaye une grande urne.
CARTIGNIES. — Tombeaux et objets gallo-romains.
COLLERET. — Triborne ovoïde. A diverses reprises on découvre des monnaies romaines.
COMAGNE. — Au hameau de Comagne existe une station gallo-romaine. En creusant une tranchée de drainage on a découvert des haches en pierre polie près d’une fontaine et d’une mare comblées.
COUSOLRE. — Au BIanc-Trieu, M. jennepin découvre une quantité d’urnes brisées par la charrue. Il exécute des fouilles et trouve un cimetière gallo-romain.
CROIX. — (Village près de Landrecies). A « Caluyaux » : monnaies romaines dans les travaux de terrassements du chemin de grande communication N° 47.
ELESMES. — Substructions et monnaies romaines.
EPPE-SAUVAGE. — A 400 mètres environ de l’église, au lieudit « Les Linières » : cimetière gallo-romain avec vases et médailles. — Deux meules.
ETH. — De 1825 à 1828 on découvre 20 sépultures franques avec entourage de pierres bleues contenant des vases en terre grise, des haches et fers de lance, le tout situé dans la même couche pierreuse qui les recouvrait, à 100 mètres de l’endroit où la chaussée ou « Vieux Chemin » traverse Eth.
ETRŒUNGT. — En 1870, au hameau de la « Hayette » on découvre dans la propriété Louvent, sur un plateau de 100 mètres de diamètre, élevé d’une douzaine de mètres au-dessus de la rivière du Pont-de-Sains et à 70 cm. de profondeur une centaine de squelettes avec armes et bijoux provenant de deux cimetières superposés. Ce plateau est situé non loin de l’endroit où la rivière se jette dans l’Helpe Mineure, à l’angle formé par la jonction du « fond des chemins » et du chemin vicinal d’Hayette ; dans la prairie « les Pétillons ».

La Hayette se trouve à 3 km. d’Etrœungt sur la route de Rainsars.
Le lieudit « La Pairée » est l’emplacement de Duronum qui s’étendait au nord vers Warpont sur le plateau entre la vallée du ruisseau « Le Bouvelet » et le chemin de la « Basse-Boulogne ».
A droite de la chaussée, vers le sud de l’angle formé par la chaussée et le Bouvelet se trouvait une tombe romaine dans un caveau. Elle contenait des armes, des urnes et des monnaies. A quelques pas de là on a découvert un dollum dans une carrière.
Dans ‘le « Camp Mahaut » : tuiles romaines.
Lieux dits remarquables : « Pâture aux fosses », « Fontaine des Sarrasins », « Ferme du Tombois ».
FAYT-LE-GRAND. — A peu de distance de l’Helpe Mineure, à 60 cm. de profondeur, en dessouchant un arbre: statuette en bronze de guerrier normand.
FERRIERE-LA-GRANDE. — Cimetière gallo-romain du Bois Castiau entre le ruisseau et le chemin de fer, en s’éloignant de Ferrière (Fouilles Lutaud : Histoire de Ferrière-la-Grande). Cimetière Franc au centre du village (Fouilles Dombret et Lutaud).
Fours à chaux comblés, gallo-romains dans la carrière actuelle, vers la pointe de l’angle formé par le ruisseau et la ligne du chemin de fer (Fouilles Terrisse).
FERRIERE-LA-PETITE. — Cimetière Franc avec sépultures du IVe au VIIe siècles avec armes, vases en terre et en verre, colliers, etc. (Fouilles Terrisse 1935-36) –
FLAUMONT-WAUDRECHIES. — Dans le « Camp de César » près d’Avesnelles et dans les champs environnants : fibules, clous, monnaies.
Monnaie romaine d’argent, en labourant, près du bois de « la Taquennerie ».
FOREST. — A l’angle du « Vieux Chemin » de Forest à Solesmes et d’Amerval à Ovillers : tumulus contenant des poteries, fibules et monnaies romaines.
GLAGEON. — En 1862, découverte de tombes franques au hameau de Couplevoie.

GODIN. — Près de l’emplacement du milliaire, dans le pré Brion, plat romain avec sigles DAVI et CASSII avec urnes.
GOGNIES-CHAUSSÉE. — En 1772, au hameau de Rogeries : substructions, sépultures, médailles, le long de la chaussée de Tongres à Bavay. En 1851, près du Château de Rogeries : restes de vases en verre. Dans le parc de Rhecq, appartenant à M. de Malzinnes : tombes franques.
GOMMEGNIES. — En 1854, près de la Chaussée de Saint- « Quentin à Bavay : sépultures et monnaies romaines.
GRAND-RENG. — A l’Est du village, dans la « Terre à argent » nombreuses monnaies gauloises et romaines (voir également Vieux-Reng).
GUSSIGNIES. — A Autreppes, dans le « Champ des Combles » substructions et sépultures avec grains de collier, petits vases.
HOUDAIN. — Près de la chaussée de Bavay à Mardyck : objets romains et médailles.
En 1921, dans la pâture Derôme dite des « Palans », sépultures avec urnes en plomb et stèles.
En 1928, derrière la chapelle de Foy, à droite de la route de Valenciennes : substructions.
Dans la prairie Adam, route de Mons, à 400 m. de la sortie de Bavay : mur en pierres bleues sur 12 mètres.
En 1928, Bouillet (maître-maçon) trouve dans la briqueterie, située près de la nouvelle sucrerie, un vase du IVe siècle et des tuiles.
HESTRUD. — Dans l’ancienne carrière de M. Ghillet : grotte de 15 à 16 mètres de long, 3 m. de large et 2 m. de haut. Le plafond s’abaisse insensiblement et la grotte se termine en un puisard de 2 m. de profondeur.
HAUTMONT. — Silex taillés dans le bois du Fayt. — Cimetière franc : rue Depreux.
Sur le Mont Aigü (actuellement Laminoirs de La Providence), monastère détruit vers.l’an 646.
Au « Crapotin » : substructions considérables et poteries.

HAUT-LIEU. — Au hameau de Godin : chaussée romaine Bavay-Reims en remblais sur i km.
HARGNIES. — Puits et monnaies romaines.
Au lieu dit « La Fauchelle » énorme substructions, surplombant la Sambre, qui auraient été le « Château romain du « Prefectus Sambricae ». (Ne semblent pas remonter au delà du Haut Moyen âge).
JEUMONT. — En 1820, sur la rive droite de la Sambre, au lieu dit « Preusies » au milieu d’une carrière : cimetière franc.
Près de la voie romaine de Trêves : urnes et armes.
LEZ-FONTAINES. — En 1725, découverte de statues de calcaire mutilées : Vénus et Junon.
En 1826, statue de Bacchante et un Amour.
En 1843, entre Obies et Lez-Fontaines, sur le haut du coteau, dans un champ : sépulture formée de six dalles dans laquelle on recueille un bouton émaillé (fibule ?).
LIMONT-FONTAINE. — Cimetière franc exploré (aucun renseignement) .
En 1904, envoi de ce village au Musée de Maubeuge, de vases, statuettes en bronze et objets divers.
LA LONGUEVILLE. — Au « Crapotin » terres cuites et importantes substructions.
En 1877, en curant le fossé de La Longueville à Feignies on découvre un Mercure en bronze.
LOUVROIL. — En 1709, en établissant le camp retranché, on découvre une statue de Mercure, des armes et des vases.
En 1901, dans la « Cense del Haute » en creusant un silo : 130 monnaies romaines sans vase.
Près de là, au cours de travaux pour les Laminoirs du Nord-Est, on découvre des tessons de vases et deux monnaies en or.
Dans ces travaux, également, on détruit un petit tumulus, contenant deux grands vases (aussitôt brisés par les ouvriers, par leur hâte de voir leur contenant).
MAROILLES. — Triborne ovoïde.
MARPENT. — Sur le coteau du château, le long de la Havette (voie romaine Bavay-Trêves) : tombe romaine.
Cimetière gallo-romain sur la rive droite de la Sambre. En 1855, en démolissant l’ancien château, pour le passage de la ligne de chemin de fer (Erquelinnes) : monnaies et sépultures gallo-romaines.
On trouve souvent dans cette commune des vases de toutes dimensions en poterie très grossière.
MAUBEUGE. — En 1703, Mercure en bronze, à l’emplacement de l’Ecole du Faubourg de Mons.
Aux « Grand Bois » dans le terrain « Scouvisiaux », près de la Chaussée romaine, dans le « Chemin aux Ecus » découverte au siècle dernier, de très nombreuses pièces d’or et d’argent, ainsi que de bronze, près de substructions romaines.
Dans le bois de la Falise, des soldats russes prisonniers trouvent des monnaies romaines.
Près de la « Flamenne » et de « Montplaisir » (voir Louvroil) : silex taillés et silex polis entre Montplaisir et Douzies.
MECQUIGNIES. — En 1804, au bois « Lobry » aujourd’hui « Quesne-au-Leu » en dessouchant, on trouve 97 pièces romaines dans un vase. La même année, près du « Bottiau » : 300 pièces d’argent et de bronze.
En 1841-42, en réfectionnant la chaussée de Bavay à Pont-sur-Sambre, à l’entrée de la forêt de Mormal, sur le territoire de Mecquignies, à mi-distance du « Quesneau-Leu et de l’ « Amusette» à 50 m. à droite de la Chaussée : tuiles, vases et ossuaire franc.
A quelques mètres de la chaussée : 60 squelettes disposés sur 100 m. de long et 10 à 12 m. de large, à une profondeur de 60 cm. à 1 m. 20, la tête tournée vers l’Est. Ils étaient accompagnés de vases rouges ou gris, armes, colliers, boucles de ceinture et monnaies. Non loin de là autre cimetière sur la propriété Deroisin.
MORGNIES. — « Tombeau de Gargantua », mottelle de l’âge du bronze (reconstruite après fouille par M. Bécourt, inspecteur des Eaux et Forêts).
MONCEAU-SAINT-WAAST. …. — A 200 mètres du pont du chemin de fer de Dompierre dans la pâture Demade Hubinet : poteries gauloises (?).

MONT-DOURLERS. — Derrière la place du village : tombeaux, caves, substructions. Cimetière franc exploré (aucun renseignement).
Dans le chemin « Douteux », à 600 m. au Nord du village « Mur des Sarrasins » ou « Ay Dû-»,.semblent être les restes d’un aqueduc.
MORMAL (Forêt).’ — En raison des très nombreux et intéressants vestiges qu’elle contient, nous reporterons à la fin, les vestiges que nous avons reconnus.
NEUFMESNIL: — Près des lieu dits : « l’Agache » et le « Calvaire » nombreuses substructions et débris de poteries gallo-romaines.
OBIES. — En 1862, découverte de vases gallo-romains.
Un sarcophage en pierre, de l’époque romaine a été découvert à quelques mètres du ponceau placé au nord de « l’Amusette » (voir cimetière franc de Mecquignies faisant sùite à celui-ci).
OHAIN. — Cercueils de pierre avec ^bijoux et armes (aucun autre renseignement).
PONT-SUR-SAMBRE. — Au lieu dit « Prairie de la Fosse » : sépultures gallo-romaines. Près du « Chemin ->de Trente pieds », à 250 mètres du « Moulin de la Fosse », villa romaine située entre ce chemin et le « Chemin de la Fosse ». Près de là : armes et sépultures.
Sur la route de Bâchant, à 100 mètres de l’église : ossements et poteries dites samiennes.
A 120 mètres de la Chaussée, à 7 mètres au Nord du chemin de celle-ci vers Quartes, à l’entrée du pont : découverte de deux statuettes en bronze.
A cet endroit, empierrement peu épais de la voie, partant de l’angle -du chemin, à l’encontre de la chaussée romaine et se dirigeant sur l’Eglise. A côté et audessous : squelettes et monnaies.
En face de l’église de Quartes, dans le chemin même, en’creusant un fossé : nombreux tessons de « mortaria ».
Le long du chemin menant à Quartes, à 10 mètres sur la droite, et à 80 mètres du carrefour, qui est en face, du jardin de l’ancien presbytère : gros amas de tessons de poteries placés dans un fossé. En face de ce carrefour : four de potier avec poteries cuites et poteries crues. (Voir Quartes).
PORQUERIE (LA). — Fours de potiers et très nombreux débris de vases (semblant remonter tout au plus au Haut Moyen âge). Près de là, dans la « Cense Brûlée » vestiges d’une énorme construction, entourée de fossés très larges, que comble chaque année un peu plus le fermier propriétaire de ces terrains.
QUARTES. — En 1777, Dom Bévy découvre le Milliaire (40 à partir de Bavay). A 248 pas de cet endroit, c’est-àdire à 357 mètres, se trouve un fanum, au lieu dit « Le Bout du Pont » près d’une fontaine. Une chapelle de la Vierge a été construite sur le même emplacement.
Près de l’église et dans le jardin du presbytère : nombreux vases, urnes et monnaies ; en continuant les explorations vers la Sambre les squelettes n’ont plus de mobilier (voir Pont-sur-Sambre).
A 600 mètres se trouve « La Fauchelle » (voir Hargnies).
QUESNOY (Le). — En 1870-71, en creusant la tranchée de chemin de fer Le Quesnoy-Valenciennes, près du Quesnoy, on coupe un cimetière franc.
ROCQ. — Au hameau de Rocq : pierre quadriborne ovoïde sur le mur du cimetière. Monnaies romaines dans les champs.
ROCQUIGNY. — Entre Wignehies et Etrœungt : cimetière romain et franc très riche (exploré pendant la guerre par un officier allemand).
ROGERIES. — Voir GOGNI ES-CHAUSSÉES.
ROUSIES. — Au lieu dit « Petit Camp », nombreux débris gallo-romains le long du chemin de fer et en particulier dans les parcelles prises par l’angle des deux voies de chemin de fer, à 200 mètres environ de leur point de jonction.
RUESNES. — Près de la chaussée Bavay-Reims, dans – le terrain du lieu dit « Le Courtieux » : substructions, sépultures et médailles romaines. La maison du Maire (M. Boursière) est bâtie sur ces substructions.

SAINS-DU-NORD. — En 1834, découverte à la « Butte du Moulin » d’objets gallo-romains et de bronzes.
En 1872, découverte de vases francs et de trois puits romains. Substructions sous les habitations et les jardins près de l’église. M. Lebeau-Chandelier trouve rue des Juifs dans un jardin, un grand dolium à 2 mètres de profondeur.
SAINT-HILAIRE-SUR-HELPE. — En 1866, en creusant la tranchée du chemin de fer on coupe un vaste cimetière gallo-romain et franc, au hameau du « Grand Fusciau » sur environ huit hectares (voir fouilles Lebeau 1866 — Duveau 1925-30 — Terrisse 1935-36.Les sépultures gallo-romaines étaient fréquemment sous les sépultures franques (parcelles 125, 133, 143, 187).
Aux alentours : substructions nombreuses et considérables.
Dans la « Fâche Bossenne », entre « l’Alouette » et le « Cheval blanc », dans la propriété Brion : tuiles, vases et monnaies romaines.
SAINT-REMY-CHAUSSÉE. — En 1843, en réparant le chemin de St-Rémy, on découvre à « La Queue noire Jean » un grand nombre de petits pots et de tuiles (sentier du Poncheau à la maison du garde Dupont — actuellement abandonnée par les Eaux et Forêts).
En défrichant le bois, à l’entrée du village, à gauche de la route départementale N° 2, près de la chaussée Bavay-Reims, on découvre une quantité considérable de tuiles romaines et des substructions.
SAINT-REMY-MAL-BATI. — Dans le « Champ de Rocq » : silex taillés.
En 1840, découverte de sépultures dans le voisinage du « Bois du Quesnoy », en nombre considérable, dans la partie orientale, formées de dalles ou de maçonnerie sur le flanc du mamelon, entre la Sambre et le ruisseau de Wargnories.
SAINT-WAAST-LA-VALLÉE. — C’est le point de jonction des chaussées Bavay-Cambrai et Bavay-Tournay.
En 1856, un cultivateur (M. Trognon) trouve dans un champ à 5 km. de Bavay, près de la route Bavay Valenciennes, une sépulture formée de tuiles, contenant des vases. En 1857, dans le même champ, en dérodant le bois de Roisin, il découvre 7 autres sépultures formées de pierres plates de 60 cm. épaisses de 10 cm. contenant de nombreux vases, fibules émaillées, lampes, etc.
SARS-POTERIES. — Sur un tumulus, à 140 mètres au nord-ouest de l’église, se trouve une pierre levée, de 1 m. 50 de hauteur, dite « Pierre de dessus bise ».
SEMOUSIES. — Au lieu dit « Le Luiteau », découverte de sarcophages carolingiens.
SEPMERIES. — En creusant la tranchée de chemin de fer : découverte de monnaies romaines.
SOLRE-LE-CHATEAU. — En 1882, découverte d’une sépulture romaine dans le jardin de « La Brique d’Or », auberge située à l’angle du chemin de Solre-le-Château à Aibes.
Pour mémoire : Pierres St-Martin (autrefois 5 pierres levées, maintenant disparues).
Une voie gauloise menait de Bavay à ces pierres situées à 1 km. de la ville.
TRELON. — A diverses époques : découvertes de substructions, objets et monnaies romaines. A l’entrée du bourg : puits et substructions.
VENDEGIES-AU-BOIS. — Substructions, grès taillés et tuiles romaines dans le bois de Vendegies.
VIESLY. — Au lieu dit « Les Tombeaux », fouilles exécutées de 1839 à 1843 donnant armes et monnaies gauloises et romaines.
VIEUX-MESNIL. — Au lieu dit « La Fache de Tous-Vents » vers le « Tri-Mouton » ; tuiles et substructions romaines.
VIEUX-RENG. — En 1845, en réfectionnant la route Binche-Maubeuge, tout près de la frontière belge, à 2 m. de profondeur on trouve 200 sépultures franques avec urnes, armes, etc.
Dans la « terre, à l’argent » : nombreuses monnaiesromaines, de même que dans les champs de la rive droite de la rivière la Trouille.
VILLERS-SIRE-NICOLE. — Au bas du « Terme Massart », (colline escarpée), on pouvait recueillir après les pluies, dans les graviers de la Trouille, des monnaies gauloises d’or et d’argent et des monnaies romaines.
En territoire belge, se trouve à la limite de la frontière le « Camp de Rouveroy » : camp retranché probablement gaulois, remis en état par les Romains, après la conquête des Gaules.
On y a fait de très nombreuses découvertes, dont un casque gaulois en fer.
WALLERS-EN-FAGNE. — En 1874, découverte de deux stèles, formées de fûts de colonnes.
Ruines d’une forteresse. Près de là : sépulture romaine, poteries et objets de parure émaillés.
A 1700 mètres au nord-ouest : puits dans le bois des Auvenelles.
FORET DE MORMAL
SITUATION DES GISEMENTS HISTORIQUES EN 1935
Gisements signalés par M. Bécourt
(Bulletin de la Société Géographique de Lille 1887)
1 Quesne au Leu : monnaies romaines.
2 Vivier Muthiau : villa gallo-romaine.
3 Bailles d’Obies : monnaies romaines.
4 Brai Robot : villa romaine.
5 Sambrette : villa romaine.
6 Grande Carrière : villa romaine.
7 Le Défriché : monnaies romaines.
8 Route Malgueuh : villa romaine.
9 Warfusée : villa, monnaies, plats romains.
10 Font-Ceiidrier : villa romaine.
11 Flaques à grues : monnaies romaines.
12 F ont-Madame : villa romaine.

13 Chêne Cuplet : tombe franque.
14 Pont à pourceaux : urne romaine.
15 Route de Fontaine : villa romaine.
16 Rouge-Mère : urnes, monnaies romaines.
17 Ermitage : Ermitage de Recollets détruit en 1791. 18 Laie Richilde : villa, poteries, squelettes romains. 19 Morgnies : tombeau de Gargantua (tumulus époque bronze).
20 Locquignol caveau de La Motte (souterrains : xv II le siècle).
AUTRES GISEMENTS
Signalé par M. Hénault
(Ancien Conservateur du Musée de Bavay)
21 Le Tombeau : situé dans le canton du « Brai Préchon », petit cimetière franc du VIlle siècle. (Fouilles Hénault, Chiris, Terrisse).
Signalés par M. Terrisse
22 Brai des Hommes : importantes substructions, vases. 1 23 Raucourt : petit édicule, tuiles, tessons de vases.
QUELQUES DÉTAILS SUR LES DÉCOUVERTES
EN FORÊT DE MORMAL
Quesne au Leu : Le sieur Hallan en l’an XII trouve à 4 à 5 pieds de profondeur 73 grands bronzes et 25 petits.
En 1804, on découvre 300 médailles d’argent et de bronze, de Vespasien à Commode, près du Bottiau.
En 1841, à quelques mètres de la chaussée Bavay Reims, découverte de 60 squelettes entre 2 et 4 pieds de profondeur, sur un emplacement de 100 m. sur 12, la face tournée vers l’Est.
Canton du Renard : En 1817, découverte d’une urne.
Rouge-Mère : En 1829, découverte de deux urnes. Le Défriché : Découverte de 250 monnaies du IIIe siècle dans une urne.

Roi du Bois : En construisant la route, on découvre la villa « Richilde » et l’on met au jour 2 plats, une monnaie en electrum, 2 squelettes, des tuiles et des vases.
L’Ermitage : Ermitage des Récollets détruit complètement en 1791 : tout a été enlevé, même les tombes dont les ossements ont été dispersés et dont les dalles ont servi à paver des étables à porcs.
Chêne Cuplet : En 1850, on découvre une tombe franque vide, dont les dalles ont servi à établir un entourage de puits à Englefontaine.
Tombeau de Gargantua : Tombelle de l’âge du bronze où M. Bécourt aurait découvert des tessons de vases calcinés et un grand sabre de bronze plié.
M. Bécourt a reconstitué cette tombelle qui se présente actuellement sous forme d’un monticule d’environ 8 mètres de diamètre et de 3 mètres de haut. Cette restauration date de 1882.
Grande Carrière : En 1881, dans le jardin proche de la forêt, M. Wéry trouve à 2 pieds de profondeur un vase de verre et un coffret contenant des bouGies d’oreilles, 2 anneaux, 2 intailles et 550 pièces allant de mont à Villereau, à distance égale entre les maisons et le carrefour du même nom, on aperçoit un rectangle dont les petits côtés se confondent avec le chemin, dans lequel on remarque à 300 ou 400 mètres, deux points espacés de 30 à 40 mètres limitant d’anciennes constructions, des masses de grès informes et des pierres bleues semblant usées par l’eau. Il n’y a, ni mortier, ni briques, mais des tuiles et des faîtières et des poteries. Dans l’une on a trouvé environ 1000 pièces d’argent allant de Pertinax (192) à Volusien (an 254).
Ce point est situé à environ 7 km. de Bavay et 3 km. du point de jonction de la chaussée de Bavay avec le chemin de la Grande Carrière vers Villereau, en passant par Herbignies.
Pour les détails des recherches en forêt voir : Quatre années de recherches archéologiques (1933-37).
R. TERRISSE.

Mémoires de la Société archéologique de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe Tome XVII Année 1940 (Gallica).